Adieu Monsieur…

Lundi, février 29, 2016

Par Mohammed Benhsain :

L’un des piliers du patrimoine théâtral et littéraire marocain s’en est allé en ce début de l’année 2016, après plus d’un demi-siècle de création et de génie passé à œuvrer avec fougue et persévé-rance à inscrire en lettres d’or la culture marocaine dans l’histoire de l’humanité. Il n’est pas chose aisée de parler d’un grand tel que M. Tayeb Seddiki. Dramaturge de grand calibre, comédien hors pair, écrivain, calligraphe mais surtout fondateur et initiateur d’une grande école de théâtre et de nouveaux genres d’arts de la scène inspirés en partie des différentes formes d’expressions culturelles ancestrales du Maroc.
Originaire d’une ville symbole de richesse et d’entente culturelle, Tayeb Seddiki se lance très tôt dans une perspective de perfectionnement, en participant à différentes formations académiques au Maroc et en Europe, encadré par de grandes figures du théâtre mondial. Un brillant parcours qui lui valu une nomination à la Direction artistique du Théâtre National Mohammed V, en 1964, pour ensuite diriger avec brio le Théâtre Municipal de Casablanca.
Entretemps, Tayeb Seddiki ne cesse de créer et d’innover. En marge de son travail dans ces deux grandes institutions, il lance le Théâtre Ouvrier et le Théâtre Ambulant, à travers lesquels il put, non seulement, réaliser de grands succès tant au Maroc qu’à l’étranger, mais également inscrire une nouvelle page et un nouveau genre théâtral dans le paysage culturel marocain et arabe. Une grande carrière durant laquelle Tayeb Seddiki multiplie les adaptations de célèbres pièces mondiales mais également les créations originales et les collaborations sur différents textes pour le théâtre, la télévision et le cinéma. Cette grande dynamique lui a également permis de créer l’école théâtrale Tayeb Seddiki, qui a vu émerger des dizaines, voire des centaines, de  talentueux comédiens marocains et, surtout, des groupes de musique mythiques tels que Nass El Ghiwane et Jil Jilala.
Un brillant parcours qu’il sera nécessaire et impératif de préserver et d’enseigner aux générations futures, afin de confirmer la grande place, dans la mémoire collective, de cet emblème de la culture marocaine. La disparition de M. Tayeb Seddiki constitue une immense perte pour la scène théâtrale marocaine et le départ de l’un des derniers mentors de la culture du Maroc contemporain, qui a merveilleusement contribué à la préservation et au développement de l’héritage culturel du Royaume.

* Directeur du Théâtre National Mohammed V


Source : AL BAYANE :: Arts & Culture :: Mercredi 17 Février 2016 (page 14)


 

 


Evénements

Video vers le Théâtre

Info Théâtre

News Letter

Recevez toutes les actualitées du théâtre national Mohamed V sur votre email!

captcha

Tickets

tickets

Pour Acheter Votre Ticket

Appelez Le 05 37 20 83 16